Verset lumière pour la SOJPAE

Essaie 1:17 

Efforcez-vous de pratiquer le bien, d’agir avec droiture, assistez l’opprimé, défendez le droit de l’orphelin (enfant) et plaidez la cause de la veuve

QUI SOMMES NOUS?

SOJPAE est une organisation de droit Burundais créée en Février 2005 et qui a pour mission la mobilisation communautaire pour le développement intégral centré sur le bien-être et le respect des droits de l’enfant.

filles 

Elles sont à 40, non scolarisées à suivre une formation depuis le 03 Juillet 2018 au Centre Nutritionnel de Musaga. Elles aspirent à devenir boulangères, coiffeuses et/ou propriétaires des salons de beauté. Elles ont refusé de se laisser décourager par les soucis que la vie les a infligées.

« Le futur appartient à ceux qui croient à la beauté de leurs rêves » Eleanor Roosevelt

Cette formation qui s’étend sur 6 mois est organisée par la SOJPAE à travers son projet « Mpore-Mwana » qui est financé par l’UNICEF.

Les jeunes filles vulnérables qui suivent les différentes formations sont âgées entre 15 et 18 ans, elles proviennent de 9 zones de la commune de Bujumbura Marie. Comme toutes les filles soutenues par le projet, elles n’ont pas pu continuer leurs études pour diverses raisons : grossesses non désirées, victimes de la violence sexuelle, orphelines, etc.

Mars 2017, fut une période sombre pour Noëlla Mia DUSABE car tombée enceinte et obligée de quitter le banc du Lycée Gikungu en 9è. Une lueur d’espoir a brillé a travers une se des voisines l’ayant informé d’une formation socioprofessionnelle en plusieurs discipline dont la coiffure, son métier préféré car elle savait déjà faire quelques coiffures, nous a-t-elle raconté. Aujourd’hui, quand elle est en cours, son enfant est gardé par sa mère. Son rêve est de reprendre le chemin de l’école quand son enfant sera grand, sans laisser tomber son métier.

Violée et malmenée par son agresseur, une des apprenties nous a confié que malgré son état psychologique, elle doit se marier car sa religion musulmane l’y oblige. A l’évidence, elle a subi un traumatisme psychologique mais cela ne l’empêche pas de rêver à devenir boulangère pâtissière. Notre interlocutrice anonyme est âgée de 15 ans dit qu’elle serait heureuse d’avoir des connaissances élargie en boulangerie-pâtisserie car elle a eu la chance de travailler dans une mini-pizzeria, ce qui lui a donné goût au métier.

Monia Clara BIZIYEZU, jeune mère d’un enfant de 3 ans a abandonné ses études en 2014 alors qu’elle fréquentait la 8è année faute de moyens. Elle habite la Zone Nyakabiga avec sa mère, qui profite parfois de sa présence à la boutique familiale. Son plus grand souhait est d’ouvrir son propre salon de beauté afin de garantir l’avenir de son enfant, elle nous confia que la formation est arrivée à point nommé dans sa vie.

Mme Frédérique Bahenda, coordinatrice du projet « Mpore-Mwana » souhaite que ces jeunes filles deviennent des exemples de réussite pour celles qui sont dans la même situation et espère que ceci permettra à certaines filles à adhérer à ce type de projet a l’avenir.

Signalons que le projet forme 80 autres jeunes dans la couture et la boulangerie dans les provinces de Gitega et Ruyigi et sont également assistées par des juristes, des psychologues, au besoin des infirmiers pour mieux les accompagner.

Calendrier

« October 2019 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Who's Online

Nous avons 18 invités et aucun membre en ligne

Facebook new new

NOS PARTENAIRES

Go to top